Étiquette : Chine Page 1 of 24

Le monde post-COVID-19 : du siècle américain au siècle chinois?

Assistez à la conférence ouverte « Le monde post-COVID-19 : du siècle américain au siècle chinois ? », donnée lundi 12 octobre prochain, dans le cadre du cycle « Le monde sur un fil », au Centre Pompidou, à Paris.

Les répercussions géopolitiques de la crise sanitaire sont encore à évaluer, mais elle a déjà provoqué d’importantes tensions entre ces deux pays capables de bouleverser l’ordre mondial.

Partie de la Chine, l’épidémie du SARS-CoV-2 a été d’abord gardée secrète, provoquant un drame chez les habitants et ébranlé la confiance des partenaires. Arrivée aux États-Unis quelques mois plus tard, dans la dernière année du mandat de Donald Trump, le COVID-19 a été qualifié de « virus chinois » par le président sortant, dont l’agressivité tendait à masquer la gestion calamiteuse de l’épidémie sur le territoire américain, l’un de plus touchés au monde.

Le leadership mondial en question. L’affrontement entre la Chine et les États-Unis

Cette recension a été publiée dans le numéro d’automne de Politique étrangère 
(n° 3/2020)
. Marc Hecker, rédacteur en chef de Politique étrangère, propose une analyse de l’ouvrage de Pierre-Antoine Donnet, Le leadership mondial en question. L’affrontement entre la Chine et les États-Unis (Éditions de l’Aube, 2020, 236 pages).

Pierre-Antoine Donnet a été rédacteur en chef central de l’Agence France-Presse, et correspondant à Pékin et New York. Son nouvel ouvrage a été écrit, pour l’essentiel, avant l’apparition du COVID-19, mais les dynamiques qu’il analyse n’en sont pas pour autant dépassées. Au contraire, la crise sanitaire et ses conséquences dans de nombreux domaines ne devraient rendre que plus vive la problématique centrale de ce livre : la lutte entre la Chine et les États-Unis pour la suprématie mondiale.

Problèmes de la Chine populaire

La rédaction de Politique étrangère vous offre à (re)lire des textes qui ont marqué l’histoire de la revue. Nous vous proposons aujourd’hui un article de Roger Lévy, intitulé « Problèmes de la Chine populaire », et publié dans le numéro 6/1957 de Politique étrangère.

1. Le voyage

Une gageure : quitter Paris, le 13 mai 1957 ; aller par le chemin des écoliers, c’est-à-dire Hong-Kong, à Pékin ; rentrer, via Moscou, en quelque trente heures de vol ; être dé retour, après six semaines d’absence ; avoir observé les traits distinctifs de la Chine populaire, son régime, ses hommes ; écrire non la relation du voyage mais les réflexions qu’il suggère ; livrer le manuscrit, fin août, à l’éditeur ; voir, à la mi-octobre, le volume rouge et or aux devantures des librairies parisiennes ; cela tient du prodige. La vérité veut que M. Edgar Faure était préparé à cette performance. Deux fois président du conseil, depuis cinq ans, et ministre des affaires étrangères, il avait fait précéder son exploration du continent chinois de celle du continent soviétique. Il avait pris, autrefois, ses diplômes de russe à l’Ecole des langues — introduction à la connaissance de l’Asie, par le truchement des comparaisons. Il avait acquis l’habitude de survoler les problèmes politiques à l’échelle de la planète. Il est animé, comme tout vrai politique, de l’esprit de synthèse. Donc voici explicitée en deux cent trente pages, la Chine de Mao Tso-tong.

Rouge vif. L’idéal communiste chinois

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été de Politique étrangère (n° 2/2020).
Dominique David, rédacteur en chef de Politique étrangère, propose une analyse de l’ouvrage d’Alice Ekman, Rouge vif. L’idéal communiste chinois (Éditions de l’Observatoire, 2020, 224 pages).

Deux choses sont claires. Alice Ekman est un des meilleurs spécialistes français des affaires chinoises ; son contact continu avec les textes d’origine, et leurs auteurs et thuriféraires, donne toute sa crédibilité à son décryptage. Et sur le fond : la Chine est tenue, gouvernée par un « système » qui ressemble fort à un soviétisme qui n’aurait pas muté : un soviéto-maoïsme peu entamé par la révolution économique ouverte par Deng Xiaoping. En gros, Alice Ekman nous dit ici que la Chine n’est pas schizophrène : elle est structurée par un régime dont ni les objectifs ni les méthodes n’ont évolué.

Page 1 of 24

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén