Étiquette : djihadisme Page 1 of 13

[CITATION] Quel avenir politique pour le Mali ?

Accédez à l’article de Monique Chemilier-Gendreau ici.

Retrouvez le sommaire du numéro 4/2021 de Politique étrangère ici.

Operation: Jusan

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver 2021-2022 de Politique étrangère (n° 4/2021). Marc Hecker, rédacteur en chef de Politique étrangère, propose une analyse de l’ouvrage d’Erlan Karin, Operation: Jusan. A Story of Rescue and Repatriation from Islamic State (The Momentum Publishing Company, 2021, 258 pages).

Erlan Karin est kazakh, spécialiste des questions de sécurité, et sa carrière a oscillé entre université, haute administration et politique. Son parcours atypique et sa proximité avec les autorités lui ont permis de suivre de près une opération hors du commun. Baptisée « Jusan », du nom d’une plante des steppes d’Asie centrale, elle a consisté à rapatrier 613 ressortissants kazakhs depuis la zone syro-irakienne entre janvier et septembre 2019 : 33 hommes, 160 femmes et 420 enfants (dont 32 orphelins) ont ainsi pu regagner leur pays après avoir passé plusieurs années au sein de groupes djihadistes.

Le Prophète et la Pandémie

Cette recension a été publiée dans le numéro d’automne 2021 de Politique étrangère (n° 3/2021). Frédéric Charillon propose une analyse du nouvel ouvrage de Gilles Kepel, Le Prophète et la Pandémie. Du Moyen-Orient au jihadisme d’atmosphère (Gallimard, 2021, 336 pages).

L’année 2020 a bouleversé le Moyen-Orient, le Golfe et la Méditerranée, plus sans doute qu’aucun épisode depuis longtemps. La combinaison de la pandémie de Covid-19, de l’effondrement des prix du pétrole et du gaz et de la marche forcée d’un Donald Trump en fin de mandat pour imposer les accords dits d’Abraham (normalisation des relations de plusieurs États arabes – Émirats, Bahreïn, Soudan, Maroc – avec Israël) a changé la donne. C’est la chronique analytique de ce moment clé, et de ses répercussions possibles pour la France et l’Europe, que nous livre Gilles Kepel. On y retrouve sa patte, son expérience et son style, toujours friand de vocabulaire recherché : le nord devient généralement le septentrion, et le centre, le mitan. Comme dans ses livres antérieurs, les « nervis » et autres « affidés » – ceux qui servent des puissances ou des chefs de guerre – répondent présents. Comme quoi, les sciences sociales peuvent élargir leur vocabulaire au-delà de « agent », « structure », « construction » ou « performatif ».

Les militants du djihad : portrait d’une génération

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été 2021 de Politique étrangère (n° 2/2021). Nicolas Hénin propose une analyse de l’ouvrage de Hakim el Karoui et Benjamin Hodayé, Les militants du djihad : portrait d’une génération (Fayard, 2021, 336 pages).

Ce livre résulte de l’étude de 1 460 profils de djihadistes européens, dont une moitié de France, l’autre du Royaume-Uni, d’Allemagne et de Belgique, les auteurs ayant limité leur échantillon à ceux qui sont passés à l’acte ou ont cherché à le faire.

Page 1 of 13

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén