Étiquette : Russie Page 1 of 23

Le temps des prédateurs

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver 2020-2021 de Politique étrangère (n° 4/2020). Pierre Buhler propose une analyse de l’ouvrage de François Heisbourg, Le temps des prédateurs. La Chine, les États-Unis, la Russie et nous  (Odile Jacob, 2020, 240 pages).

« Dans un monde plein de carnivores, les végétariens vivent des temps très difficiles », avertissait Sigmar Gabriel, ministre allemand des Affaires étrangères, en réponse à une question sur la politique extérieure européenne, dans une interview au Spiegel, en 2018. C’est à la découverte de ces « carnivores » que nous emmène François Heisbourg avec Le Temps des prédateurs, en les identifiant dès le sous-titre : Chine, États-Unis et Russie.

Russia-NATO: Controlling Confrontation

This article is the English version of : Dmitri Trenin, « Russie/OTAN : maîtriser la confrontation », published in Politique étrangère, Vol. 81, Issue 4 , 2016.

NATO’s Warsaw Summit in July 2016 translated into hard military facts the consequences of the political decisions announced at the alliance’s Wales Summit in September 2014, in response to Russia’s actions in Ukraine. As a result, politico-military standoff has returned to Europe after a quarter-century-long “holiday period” of security cooperation ushered in by the end of the Cold War. This new-old standoff will probably last a long time, and heavily affect the security of all countries in Europe, whether members of NATO or not. The situation needs to be taken seriously, with a view to, in the first instance, managing the very real immediate risks that flow from it, and, in the second instance, looking for ways to provide stability to Europe’s downgraded security situation.

Does Russia Have a Grand Plan for the Middle East?

This article is the English version of : Ekaterina Stepanova, « La Russie a-t-elle une grande stratégie au Moyen-Orient ? », published in Politique étrangère, Vol. 81, Issue 2, 2016.

During the armed conflict in Syria, Russia has significantly upgraded its role and status both in the Middle East and beyond the region. The most radical upgrade has been Moscow’s carefully calibrated military intervention on behalf of the Syrian government since late September 2015, as well as its role in the revived Geneva negotiation process since February 2016 and in the ensuing ceasefire co-brokered by Russia and the United States. This new role and level of engagement is at odds with the widespread stereotype about post-Soviet Russia’s departure from the Middle East.

Les hommes de Gorbatchev

Cette recension a été publiée dans le numéro d’automne de Politique étrangère 
(n° 3/2020)
. Marie-Pierre Rey propose une analyse de l’ouvrage de Sophie Momzikoff-Markoff
, Les hommes de Gorbatchev. Influences et réseaux (1956-1992) (Éditions de la Sorbonne, 2020, 358 pages).

Tiré d’une thèse soutenue en 2015 à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et structuré en huit chapitres chronologiques, cet ouvrage traite de la perestroïka gorbatchévienne et plus particulièrement de la « nouvelle pensée », c’est-à‑dire de l’ensemble des principes et pratiques qui dominèrent la politique extérieure du dernier secrétaire général du Parti communiste d’Union soviétique (PCUS). Lancée à partir de 1986, cette nouvelle pensée contribua, en quelques années seulement, à l’émergence de relations internationales fondées sur un dialogue apaisé entre Est et Ouest, à la promotion de mesures de désarmement, et en fin de compte à la remise en cause de la guerre froide : autant d’éléments qui valurent à Mikhaïl Gorbatchev le Prix Nobel de la paix en 1990. C’est dire son importance.

Page 1 of 23

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén