Étiquette : Allemagne Page 1 of 14

Policy Responses to the Radical Right in France and Germany

Cette recension a été publiée dans le numéro de printemps 2021 de Politique étrangère (n° 1/2021). Nele Wissmann, chercheuse associée au Comité d’études des relations franco-allemandes de l’Ifri, propose une analyse de l’ouvrage de Bénédicte Laumond, Policy Responses to the Radical Right in France and Germany: Public Actors, Policy Frames, and Decision-Making (Routledge, 2020, 256 pages).

Basé sur une thèse de 2017, cet ouvrage a encore gagné en actualité avec le meurtre de Walter Lübcke, président du district de Kassel le 15 juin 2019, l’attaque antisémite contre une synagogue à Halle le 9 octobre 2019, ainsi que l’assassinat de neuf personnes dans deux bars à chicha à Hanau le 20 février 2020. L’analyse de l’extrémisme et du terrorisme de droite sort d’une niche scientifique pour s’exposer aux projecteurs médiatique et politique.

Frankreich und Deutschland: Yin und Yang der EU-Reform

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver 2020-2021 de Politique étrangère (n° 4/2020). Hans Stark, ancien secrétaire général du Cerfa à l’Ifri, propose une analyse de l’ouvrage dirigé par Joachim Lange et Henrik Uterwedde, Frankreich und Deustchland: Yin und Yang der EU-Reform  (Nomos Verlag, 2019, 200 pages).

Le 18 mai 2020, le gouvernement allemand provoquait une surprise générale en annonçant avec son partenaire français un plan de relance de 500 milliards d’euros, empruntés par l’Union européenne (UE). Avec cette initiative, partiellement diluée au Conseil européen du mois de juillet, l’Allemagne acceptait le principe d’une mutualisation des dettes européennes – même si elle soulignait par la suite qu’il s’agissait d’une mesure exceptionnelle rendue nécessaire par le contexte de la crise sanitaire et la crise économique qu’elle a déclenchée. Pourtant, s’il s’agit bien d’un véritable tournant dans la politique allemande en matière de gouvernance de la zone euro, il ne s’explique évidemment pas par la seule crise sanitaire.

La RDA après la RDA

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver 2020-2021 de Politique étrangère (n° 4/2020). Paul Maurice, chercheur au Cerfa à l’Ifri, propose une analyse de l’ouvrage de Agnès Arp et Élisa Goudin-Steinmann, La RDA après la RDA. Des Allemands de l’Est racontent (Nouveau Monde, 2020, 408 pages).

La question centrale posée par Agnès Arp et Élisa Goudin-Steinmann est contenue dans le titre de leur ouvrage : en quoi la République démocratique allemande (RDA) continue-t‑elle d’avoir une influence sur la société allemande, même après sa disparition, y compris sur les générations qui ne l’ont que très peu, voire pas, connue ?

France-Allemagne : entente et mésententes

La rédaction de Politique étrangère vous offre à (re)lire des textes qui ont marqué l’histoire de la revue. Nous vous proposons aujourd’hui un article de Hans Stark, alors secrétaire général du Comité d’études des relations franco-allemandes (Cerfa) de l’Ifri, intitulé « France-Allemagne : entente et mésententes », et publié dans le numéro 4/1993 de Politique étrangère.

Le 1er novembre 1993, le traité de Maastricht entre en vigueur — la Communauté européenne devient l’« Union européenne ». Cette date résume à elle seule l’importance de la coopération franco- allemande, sans laquelle l’« Union » des Européens de l’Ouest n’aurait pas vu le jour. N’est-ce pas sur une initiative Mitterrand-Kohl que Bonn et Paris ont saisi, le 19 avril 1990, la Communauté d’un projet politique et reçu son aval pour la mise en place d’une seconde conférence intergouvernementale, en plus des travaux économiques et monétaires, prévus par les Douze dans le cadre de l’Acte unique ? De même, n’est-ce pas grâce à une impulsion supplémentaire, donnée par la lettre commune de François Mitterrand et Helmut Kohl, le 6 décembre 1990, que le Conseil européen a approuvé, le 16 décembre 1990, le projet de deux conférences intergouvernementales élaborant parallèlement les bases d’une Union à la fois économique et politique, dotée — à la demande de Paris et de Bonn — d’une « politique étrangère et de sécurité commune » ? Enfin, les traits principaux de la future PESC, n’ont-ils pas été exposés par Roland Dumas et Hans-Dietrich Genscher, le 4 février 1991, lors de la première réunion intergouvernementale sur l’Union politique ?

Page 1 of 14

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén