Étiquette : énergie Page 1 of 4

Batailles pour le climat : enjeux géopolitiques

Lundi 22 novembre aura lieu une nouvelle conférence du cycle « Le monde sur un fil » réalisée par le Centre Pompidou en partenariat avec notre revue Politique étrangère.

Le réchauffement climatique impose une réorientation complète de l’économie mondiale et des mutations profondes dans l’organisation des sociétés. Pour l’Europe, cette transition permettra, à terme, de s’extraire de la dépendance aux importations d’énergies fossiles, mais la course vers la neutralité climatique nourrit aussi de nouvelles formes de rivalités entre grandes puissances. Quels sont les enjeux stratégiques autour du contrôle des technologies bas-carbone ? L’accès aux minerais et métaux est-il la clé de la souveraineté énergétique de demain? Les tentatives d’alignement entre agendas commercial et climatique risquent-elles d’attiser les tensions internationales?

À l’occasion de la COP26 qui se tient du 1er au 12 novembre à Glasgow en Ecosse, nous vous proposons un débat consacré à la dimension géopolitique des questions environnementales.

Avec :
* Marc-Antoine Eyl-Mazzega, Directeur du Centre Énergie et Climat de l’Ifri
* Carole Mathieu, Responsable du suivi des politiques européennes au Centre Énergie et Climat de l’Ifri. Elle est l’auteur de l’article « Climat et commerce international : le choc des puissances », publié dans le numéro d’automne de Politique étrangère (n° 3/2021)

Animé par :
* Julie Gacon, journaliste à France Culture, productrice de l’émission Enjeux internationaux

Cette conférence, « Batailles pour le climat : enjeux géopolitiques » se tiendra à partir de 19h au Centre Pompidou (Place Georges Pompidou, 75004 Paris) et sera retransmise en direct sur le site de la BPI.

Toxic Politics & China Goes Green

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été 2021 de Politique étrangère (n° 2/2021). John Seaman, chercheur au Centre Asie de l’Ifri, propose une analyse croisée des ouvrages de Yanzhong Huang, Toxic Politics: China’s Environmental Health Crisis and Its Challenge to the Chinse State (Cambridge University Press, 2020, 282 pages) et de Yifei Li & Judith Shapiro, China Goes Green: Coercive Environmentalism for a Troubled Planet (Polity Press, 2020, 240 pages).

Le monde se rapproche de en plus plus d’un précipice : de multiples points de basculement environnementaux – changement climatique, effondrement de la biodiversité, destruction des écosystèmes naturels… – demandent une action concertée des États et des citoyens. Dans ce mouvement, la Chine occupe une position charnière et paradoxale de deuxième économie mondiale et premier pollueur en agrégat : il est donc inconcevable que des solutions puissent être trouvées aux défis environnementaux mondiaux sans des efforts importants de la part de Pékin. Le changement climatique est aujourd’hui identifié, à Washington comme presque partout en Europe, comme un domaine de coopération nécessaire avec Pékin, dans lequel les tensions géopolitiques caractéristiques du temps doivent être mises de côté.

Deglobalization and International Security

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été de Politique étrangère (n° 2/2020).
Morgan Paglia, chercheur au Centre des études de sécurité de l’Ifri, propose une analyse de l’ouvrage de Thomas X. Hammes
Deglobalization and International Security (Cambria Press, 2019, 288 pages).

Thomas X. Hammes, ancien colonel des Marines et chercheur à la National Defense University, esquisse ici l’avenir de l’ordre international à l’heure de l’automatisation de la production et du repli des nations sur leurs voisinages régionaux.

Il dresse d’abord un constat : sur le plan économique, les grandes puissances dépendent de moins en moins des échanges internationaux (marchandises, services, investissements) pour assurer leur croissance. Ce phénomène, largement entamé après la crise de 2008, va s’accélérer sous l’effet des transformations technologiques de la révolution industrielle qui se profile, et bouleverser les équilibres socio-économiques et stratégiques.

Le New Deal vert mondial

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été de Politique étrangère (n° 2/2020).
Marc-Antoine Eyl-Mazzega, directeur du Centre Energie de l’Ifri, propose une analyse de l’ouvrage de Jeremy Rifkin
Le New Deal vert mondial. Pourquoi la civilisation fossile va s’effondre d’ici 2028… Le plan économique pour sauver la vie sur Terre (Les liens qui libèrent, 2019, 304 pages).

Jeremy Rifkin a souvent été considéré comme un précurseur et le sera encore pour son New Deal vert mondial. Pour lui, la nouvelle révolution industrielle est en marche et va bouleverser nos modes de vie, de travail, de produire et de consommer. Elle est à portée de main : l’internet des objets – le pilotage intelligent et à distance optimisant tous les processus, notamment l’offre et la demande d’énergie – se déploie partout ; le coût de déploiement des énergies renouvelables est en baisse constante ; les technologies de stockage sont prometteuses, et celles permettant le pilotage des réseaux, de l’offre et de la demande d’électricité, permettront une électrification croissante par les énergies renouvelables ; l’efficacité énergétique peut progresser partout. Le nouvel ordre sera celui de la « glocalisation », chacun étant acteur du système économique et énergétique à part entière, en étant interconnecté grâce aux solutions digitales.

Page 1 of 4

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén