Étiquette : Hezbollah Page 1 of 2

Lève-toi et tue le premier

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver 2020-2021 de Politique étrangère (n° 4/2020). Samy Cohen propose une analyse de l’ouvrage de Ronen Bergman, Lève-toi et tue le premier. L’histoire secrète des assassinats ciblés commandités par Israël  (Grasset, 2020, 944 pages).

Plus de 900 pages – une somme passionnante – relatent les opérations de liquidation menées par Israël contre les chefs des organisations palestiniennes et du Hezbollah, mais aussi contre les Britanniques en Palestine et les savants allemands en Égypte. Elles sont parfois décrites avec un luxe de détails, parfois parcimonieusement, signe du secret qui entoure encore certaines d’entre elles.

Iran, Revolution, and Proxy Wars

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été de Politique étrangère (n° 2/2020).
Morgan Paglia, chercheur au Centre des études de sécurité de l’Ifri, propose une analyse de l’ouvrage d’Ofira Seliktar et Farhad Rezaei
, Iran, Revolution, and Proxy Wars (Palgrave Macmillan, 2020, 248 pages).

Dans Iran, Revolution, and Proxy Wars, Ofira Seliktar et Farhad Rezaei, respectivement professeur au Gratz College (Pennsylvannie, États-Unis) et chercheur au Centre d’études en politiques internationales (Cepi) à l’université d’Ottawa (Canada), font l’inventaire des modes opératoires employés par Téhéran pour contrôler autant que possible les milices – ou proxys – dans les guerres par procuration menées par l’Iran au Moyen-Orient.

Opération Raisins de la colère

Cette recension a été publiée dans le numéro d’automne de Politique étrangère
(n° 3/2019)
. Frédérique Schillo propose une analyse de l’ouvrage dirigé par Hervé de Charette, Opération Raisins de la colère. L’histoire secrète d’un succès diplomatique français (CNRS Éditions, 2018, 208 pages).

Dans l’historiographie des crises, la médiation pour mettre fin à l’opération israélienne contre le Hezbollah en avril 1996 tient une place mineure, coincée entre l’invasion israélienne du Liban en 1982 et la destructrice seconde guerre du Liban en 2006. Elle constitue pourtant « la plus grande victoire diplomatique de la France au Moyen-Orient depuis 1945 », selon les mots de Shimon Peres que rappelle Hervé de Charette dans un ouvrage à la fois de témoignage et de réflexion sur la politique de la France au Levant.

Militer au Hezbollah

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été de Politique étrangère (n°2/2017). Matthieu Cimino propose une analyse de l’ouvrage de Erminia Chiara Calabrese , Militer au Hezbollah. Ethnographie d’un engagement dans la banlieue sud de Beyrouth (Khartala/Ifpo, 2016, 296 pages).

Militer au Hezbollah

Depuis plusieurs années, le Hezbollah catalyse une inflation de travaux de qualités inégales. Le sujet est rendu très attractif par sa centralité (le parti étant depuis 2011 lourdement impliqué en Syrie) ainsi que par le développement massif et éclaté des security studies, engagées autour des problématiques de terrorisme. L’autre raison tient à la difficulté d’accès aux sources : le Hezbollah, comme toute organisation militaire ou paramilitaire, assure sa pérennité par la protection de sa structure opérationnelle et militante, pour l’essentiel par le silence. Seul un nombre limité de chercheurs (à l’instar de Norton, Mervin ou Daher) a donc pu produire des ouvrages de qualité, issus de travaux de terrain, appuyés par une méthodologie rigoureuse et la maîtrise de l’arabe.

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén