Internet et politique en Chine

Cette recension d’ouvrage est issue de Politique étrangère (2/2012), dont le premier dossier est consacré à « Internet, outil de puissance ». Alice Ekman, chercheur associé au centre Asie de l’Ifri, propose une analyse de l’ouvrage de Séverine Arsène, Internet et politique en chine : les contours normatifs de la contestation (Paris, Karthala, 2011, 420 pages).

Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2009, ce livre décrit la manière dont la société civile chinoise s’est approprié Internet comme moyen d’expression et signe de modernité. À partir d’une cinquantaine d’entretiens approfondis conduits en 2006 et 2007 auprès d’internautes pékinois nés après 1978, Séverine Arsène montre avec juste nuance que la contestation du régime proprement dite reste très minoritaire (les internautes prennent davantage la parole sur les questions de société), même si certaines mobilisations initiées sur Internet peuvent avoir un impact important, forçant les autorités à intervenir sur le terrain et même, dans certains cas, à changer la loi. L’auteur relativise par ailleurs l’empreinte de la censure sur le comportement des internautes, qui font preuve d’une forme de distanciation par rapport à de nombreuses positions ou communications officielles, et sont « probablement mieux informés des différents problèmes, et d’une manière plus critique, qu’il n’y paraît au premier abord ».
S. Arsène tire un bilan nuancé du rôle d’Internet dans le fonctionnement du régime chinois. Selon elle, Internet n’est pas un vecteur de contestation majeur – il ne conduit pas ses utilisateurs à remettre en question la place qui leur est réservée dans l’organisation du régime – mais plutôt un mode de participation politique, et aussi un outil d’aide à la décision au service d’un gouvernement technocratique. Internet, plate-forme où les usagers interpellent de temps à autre les autorités sur des questions qui les préoccupent, facilite la veille de l’opinion publique chinoise. Cette veille est utile au gouvernement central pour prévenir les contestations plus radicales et préserver la légitimité du parti. Parfois, les autorités mettent fin aux injustices dénoncées, à certains dysfonctionnements au sein du parti par exemple, alors que les internautes sont plus efficaces que la bureaucratie pour les déceler, notamment au niveau local.
Cette recherche, qui s’appuie sur des entretiens conduits il y a cinq ans, ne reflète pas exactement la situation actuelle, Internet n’étant plus l’outil exclusif des jeunes urbains (plus de 500 millions d’internautes en Chine en janvier 2012, soit près de 40 % de la population nationale) et ne pouvant plus tout à fait être considéré comme une forme de participation à la modernisation de la société. Surtout, la création, à la fin de l’année 2009, de Weibo – le Twitter chinois – a radicalement modifié les pratiques et le poids politique des réseaux sociaux en Chine. Les autorités chinoises en sont conscientes, elles qui ont suivi avec attention les révolutions arabes et s’attaquent aujourd’hui, en cette période de renouvellement de l’équipe dirigeante et à la suite de l’affaire Bo Xilai, aux « rumeurs » véhiculées sur les réseaux et qui pourraient mettre en péril la stabilité du régime. Aujourd’hui encore plus qu’hier, Internet est un puissant outil de participation politique en Chine, parfois de contestation, mais également de veille d’opinion  utile aux autorités.
Si ces évolutions sont de taille, le travail de recherche de S. Arsène n’est pas moins intéressant aujourd’hui, puisqu’il est le témoin d’une période charnière – 2006-2009 – durant laquelle la société chinoise s’est approprié Internet à sa manière, selon les opportunités du moment, pour en faire son outil d’expression privilégié. Grâce à ce livre, les années d’appropriation, déjà difficiles à retracer tant les changements ont été rapides, ne tomberont pas dans l’oubli.

Alice Ekman

Pour vous abonner à Politique étrangère via la Documentation française, cliquez ici.

Ce contenu a été publié dans Revue des livres, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire