D’une crise l’autre

« En 2008, lors de la crise des subprimes, le risque financier s’est transmis à la totalité de la planète financière par l’interdépendance et l’interconnexion de tous les marchés financiers ; le virus des produits financiers frelatés s’est répandu à la vitesse des marchés numérisés et du trading de haute fréquence. En 2020, lors de la crise du COVID-19, le risque biologique a contaminé l’Asie, puis l’Europe, et enfin le reste du monde, par la circulation accélérée de populations voyageant pour les affaires et le tourisme de masse ; « bougisme techno-marchand » et consumérisme frénétique ont transformé un sujet local en problème mondial. A chaque fois l’accélération du temps a rétréci la géographie. »

Accéder à l’article de Jean-François Gayraud, « D’une crise l’autre » ici.

Retrouvez le sommaire complet du numéro 3/2020 de Politique étrangère ici.

Ce contenu a été publié dans Les auteurs s'expriment, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.