k9520Cette recension d’ouvrage est issue de Politique étrangère (4/2013). Isabelle Depla propose une analyse de l’ouvrage de David Scheffer, All the Missing Souls. A Personal History of the War Crimes Tribunals (Princeton, Princeton University Press, 2012, 568 pages).

À travers son propre parcours, David Scheffer couvre dix ans d’histoire de la justice pénale internationale dans la vie politique et diplomatique américaine, de l’instauration du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) aux tribunaux spéciaux pour la Sierra Leone et le Cambodge. David Scheffer en a été l’une des chevilles ouvrières, occupant des postes clés auprès de Madeleine Allbright, dans l’administration Clinton, notamment comme ambassadeur itinérant des États-Unis chargé des crimes de guerre de 1997 à 2001.

Construit chronologiquement, chapitre après chapitre, le livre décrit son travail d’infinies négociations, ses patients combats contre les obstacles de tous ordres pour faire progresser cette justice. David Scheffer fait aussi part de ses aveuglements face au génocide au Rwanda, des échecs de l’administration Clinton ou des siens propres, lorsqu’il a été mis sur la touche pour sa détermination en faveur de cette justice, lâché par son gouvernement ou placé dans des situations politiquement intenables et contraires à ses convictions, notamment lors des négociations pour le traité de Rome instaurant la Cour pénale internationale (CPI).