La Nouvelle Guerre des étoiles. Idées reçues sur la défense antimissile

Cette recension d’ouvrage est issue de Politique étrangère (4/2013). Corentin Brustlein propose une analyse de l’ouvrage d’Emmanuel Delorme, Bruno Gruselle et Guillaume Schlumberger, La Nouvelle Guerre des étoiles. Idées reçues sur la défense antimissile. (Paris, Le Cavalier Bleu, 2013, 208 pages).

guerre des étoilesAlors qu’elle est présente depuis les années 1950 dans le débat stratégique, il a fallu attendre les années 1980 et, plus encore, la fin de la guerre froide pour que la défense antimissile devienne un élément clé de la politique de défense américaine. Au cours des 20 dernières années, elle a franchi un cap supplémentaire, prenant une place croissante dans les missions, voire dans les dépenses des principales puissances militaires. Alors que la protection des forces projetées face à la menace des missiles de théâtre était entrée dans les préoccupations de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) dès le milieu des années 1990, les derniers sommets de l’OTAN à Lisbonne et Chicago ont opéré un changement significatif en faisant de la défense du territoire des pays membres face à la menace balistique une mission de l’Alliance atlantique. Cet ouvrage intervient donc à un moment particulièrement propice pour comprendre les enjeux associés à l’émergence de la défense antimissile et sa signification pour la défense française et les équilibres stratégiques contemporains.

La Nouvelle Guerre des étoiles a une vocation pédagogique et entend soumettre à examen approfondi nombre d’idées reçues – justes ou fausses –, tant sur la prolifération des missiles balistiques (première partie) que sur la défense antimissile à proprement parler (seconde partie). L’initiative est d’autant plus opportune qu’en France, les a priori concernant la pertinence des défenses antimissiles ont été nombreux, solidement ancrés et, en définitive, tardivement remis en cause. L’un des intérêts de l’ouvrage réside dans la présence, en parallèle, d’une analyse des moyens offensifs (les missiles balistiques) et des moyens défensifs (les systèmes d’interception antimissile) : la prise en compte des spécificités des premiers (vitesse, portée, diffusion, etc.) et de leur évolution est, en effet, indispensable à la compréhension des défis devant être relevés par les seconds et de leur importance opérationnelle et stratégique croissante.

On appréciera aussi l’effort des auteurs pour couvrir l’intégralité des dimensions de la défense antimissile – politique, technique, organisationnelle, mais aussi juridique, industrielle, doctrinale et opérationnelle. Leur expérience et expertise cumulées permettent au lecteur non seulement de disposer de données précises et récemment actualisées, mais aussi de découvrir des aspects peu – ou mal – connus du sujet. Ainsi, tandis que de nombreuses controverses aux États-Unis sont restées focalisées sur les difficultés techniques posées par l’interception hors de l’atmosphère de missiles à longue portée, La Nouvelle Guerre des étoiles permet de se familiariser avec tous les problèmes auxquels sont confrontés les systèmes défensifs, notamment face aux menaces à courte portée ou d’intégration régionale. En sus de son intérêt pédagogique indéniable, cet ouvrage dense et riche offre également des développements sur d’autres points cruciaux mais peu discutés par les sources ouvertes, tels que les règles d’engagement des systèmes défensifs, la faisabilité budgétaire des plans américains et otaniens ou l’état d’avancement des projets étrangers dans ce domaine. Autant de raisons qui rendent sa lecture indispensable à quiconque désire comprendre un sujet appelé à demeurer au cœur des préoccupations des grandes puissances pour les prochaines décennies.

Corentin Brustlein

S’abonner à Politique étrangère.

Acheter le numéro 4/2013 de Politique étrangère

Ce contenu a été publié dans Revue des livres, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire