Les groupes d’autodéfense civile au Mexique

Suite au sondage réalisé sur ce blog, nous avons le plaisir de vous offrir l’article du numéro d’hiver 2014-2015 de Politique étrangère que vous avez choisi : “Les groupes d’autodéfense civile au Mexique : défenseurs légitimes, groupes incontrôlables ou lanceurs d’alerte ?”, par Thibaud Marijn.

PE1reCouv-42014 copieEntre 2011 et 2014, l’apparition des groupes d’autodéfense civile dans de nombreux États mexicains a pris une ampleur inédite. L’État de Michoacán, à 350 kilomètres de la capitale Mexico sur la côte Pacifique, est le théâtre de violents affrontements entre citoyens armés et crime organisé, la police et l’armée faisant tampon : ces groupes de citoyens réuniraient 25 000 membres actifs et 100 000 individus mobilisables. Leur émergence met en relief l’incapacité des institutions de sécurité (police, justice) à lutter efficacement contre la diversification du crime organisé qui, loin de s’en tenir au narcotrafic, exerce désormais un contrôle sur une large gamme d’activités économiques et criminelles dans les zones où il s’est consolidé. L’État fédéral hésite entre institutionnalisation et dissolution de ces groupes d’autodéfense, et joue double jeu, feignant de décider la première pour atteindre la seconde. Mais seule la moralisation des institutions politiques régaliennes pourrait restaurer quelque confiance et espoir en l’avènement d’un état de droit.

Continuer la lecture sur Cairn.info.

Lire l’entretien avec l’auteur : « Crise de sécurité au Mexique : trois questions à Thibaud Marijn » (22/10/2014)

S’abonner à Politique étrangère.

Ce contenu a été publié dans Articles en accès libre, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.