Climat : ouverture de la COP21

À l’occasion du lancement de la COP21 (21e Conference of Parties) qui a lieu à Paris jusqu’au 11 décembre, la rédaction de Politique étrangère vous invite à relire le Contrechamps publié dans le numéro d’été 2015 de Politique étrangère (2/2015) : « Climat : avant la Conférence de Paris », ainsi que la partie « Climat : vers la COP21 » publiée dans le RAMSES 2016.

logo_tousensembleLe premier article de ce dossier, « Climat : l’injustice faite au Sud », écrit par Sunita Narain, montre que les négociations sur le climat ne portent pas seulement sur la réduction des émissions mais également sur le droit au développement, et souligne l’un des enjeux majeurs, qui est de s’accorder sur une répartition équitable du budget carbone du monde.

« Le Forum économique mondial – qui rassemble chaque année à Davos la crème des puissants de ce monde – a dressé une liste des principaux dangers auxquels le monde serait confronté. Selon cette analyse, le changement climatique vient en première position des risques menaçant le monde pour les années à venir, si l’on conjugue les facteurs de probabilité et d’impact. Les liens étroits existant entre le changement climatique et les autres risques principaux doivent retenir encore davantage notre attention. Parmi ceux-ci, l’on pourrait citer : les inégalités économiques (en 3e position), les événements météorologiques extrêmes (5e position), la volatilité extrême des prix de l’énergie  (6e position), les conflits géopolitiques (7e position), et enfin les inondations et la sécurité hydrique (9e et 10e positions). Même les plus fortunés du monde s’accordent donc à dire que le monde est dans une situation critique, peut-être désespérée. »

Pour lire gratuitement l’article de Sunita Narain en intégralité, cliquez ici.

 

***

Le second article de ce dossier, « COP21 : quelles chances de succès ? », co-écrit par Christian de Perthuis et Raphaël Trotignon, montre que l’enjeu principal de la Conférence de Paris est de dépasser les visions concurrentes, en mettant en place un jeu d’incitations économiques pouvant conduire à un accord universel où chaque joueur s’engagerait à réduire ses émissions.

« La construction d’un accord international sur le climat renvoie à la question du « passager clandestin ». La perturbation climatique est liée au stock global de gaz à effet de serre présent dans l’atmosphère, qui n’est que faiblement corrélé au flux annuel d’émissions de chaque pays. Pour chaque acteur pris isolément, il n’y a pas de corrélation directe entre le niveau de l’effort engagé pour réduire ses émissions et le bénéfice qu’il en tirera sous forme de moindres dommages. De plus, les impacts les plus sévères sont éloignés dans le temps, ce qui incite chacun à reporter l’intégralité des coûts du changement climatique sur les générations futures. Dans un tel contexte, chaque joueur à intérêt à attendre que ses voisins lancent l’action ; la position idéale étant celle du « passager clandestin », qui ne ferait aucun effort quand tous les autres s’engageraient pour protéger le bien commun. Inversement, aucun acteur n’a intérêt à s’engager unilatéralement tant qu’il n’a pas la conviction que d’autres suivront dans le cadre d’une coalition plus large. »

Pour lire la suite de l’article de Christian de Perthuis et de Raphaël Trotignon, cliquez ici.

 

***

Composé 8 articles, le dossier « Climat : vers la COP21 » publié en septembre dans le RAMSES 2016 éclaire les enjeux décisifs de la conférence de Paris sur le climat et pose des questions essentielles. La COP21 réussira-t-elle: 1) à définir une nouvelle donne internationale ? ; 2) à proposer des solutions crédibles aux problèmes de court terme ? ; 3) à crédibiliser définitivement une nouvelle forme de négociation universelle ?

« Pour qualifier ou non de succès la conférence de Paris, il faudra observer la cohérence de l’ensemble des textes adoptés, tant sur la complémentarité des engagements que sur leur degré de contrainte juridique. Si la construction est cohérente, les bases de la transformation seront posées. » (Marie-Claire Aoun, « S’adapter aux effets du réchauffement climatique »)

Pour en savoir plus sur les différents articles de ce dossier, en lire certains en intégralité, et découvrir des interviews de leurs auteurs, cliquez ici.

 

Ce contenu a été publié dans L'actualité revisitée, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire