Étiquette : Turquie Page 1 of 13

Turkey in Africa

Cette recension a été publiée dans le numéro de printemps 2022 de Politique étrangère (n° 1/2022). Elisa Domingues dos Santos, chargée de projets pour le Centre Afrique subsaharienne et le Programme Turquie/Moyen-Orient de l’Ifri, propose une analyse croisée des deux ouvrages suivants : Elem Eyrice Tepeciklioğlu et Ali Onur Tepeciklioğlu (dir.), Turkey in Africa: A New Emerging Power? (Routledge, 2021, 292 pages) ; Federico Donelli, Turkey in Africa: Turkey’s Strategic Involvment in Sub-Saharan Africa (Bloomsbury, 2021, 224 pages).

Engagement opportuniste ou stratégie à long terme, l’ampleur qu’a pris ces dernières années la présence turque en Afrique subsaharienne intrigue, tant elle gagne en substance.

En abordant la Turquie à partir de son statut de puissance émergente, ces ouvrages offrent tout d’abord un cadre théorique à l’analyse des relations turco-africaines. L’activisme de la Turquie en Afrique répond aux caractéristiques de la puissance émergente (discours révisionniste, rhétorique du partenariat gagnant-gagnant, liens basés sur les relations commerciales, engagement pour le maintien de la paix, préférence pour la coopération bilatérale plutôt que multilatérale), et sert dans le même temps les objectifs de ce statut (diversification des partenaires, soutien diplomatique dans les instances internationales, construction d’un nouveau récit identitaire).

Guerres d’influence

Cette recension a été publiée dans le numéro de printemps 2022 de Politique étrangère (n° 1/2022). Marc Hecker, rédacteur en chef de la revue, propose une analyse de l’ouvrage de Frédéric Charillon, Guerres d’influence. Les États à la conquête des esprits (Odile Jacob, 2022, 352 pages).

Frédéric Charillon, professeur des universités en science politique et ancien directeur de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire, se penche dans ce nouvel ouvrage sur les méthodes déployées par certains États pour développer leur influence sur la scène internationale. Il commence par un cadrage théorique utile, proposant comme base de travail une définition simple : « L’influence consiste pour un acteur A à faire faire par un acteur B ce qu’il n’aurait pas fait autrement, et ce, sans recourir à la contrainte ». Il distingue ce concept d’autres notions comme la propagande, le lobbying ou encore le soft power : « tandis que le soft power est un processus positif de séduction, de conviction, l’influence peut avoir recours à la rémunération ». Autrement dit, la seconde inclut le premier mais ne s’y résume pas.

L’anti-démocratie au XXIe siècle

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver 2021-2022 de Politique étrangère (n° 4/2021). Michel Duclos propose une analyse de l’ouvrage de Hamit Bozarslan, L’anti-démocratie au XXIe siècle. Iran, Russie, Turquie (CNRS Éditions, 2021, 288 pages).

C’est sous l’angle des relations d’État à État, et de l’impact sur la géopolitique du triangle qu’ils forment, que le trio Iran/Russie/Turquie est en général étudié. Hamit Bozarslan traite le sujet par un tout autre biais, celui de la comparaison entre trois régimes, aux origines très différentes mais dont la dynamique interne comporte de troublantes similitudes.

Le général et le politique. Le rôle des armées en Turquie et en Égypte

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver 2021-2022 de Politique étrangère (n° 4/2021). Jean-François Daguzan propose une analyse de l’ouvrage dirigé par Clément Steuer et Stéphane Valter, Le général et le politique. Le rôle des armées en Turquie et en Égypte (L’Harmattan, 2021, 264 pages).

Cet ouvrage collectif vient renforcer un appareil d’études français peu fourni sur la question des armées en politique. Longtemps, l’étude de l’armée d’un pays donné a fait courir le risque de se voir assimilé à son objet d’étude… En revanche, dès les indépendances, les chercheurs anglo-saxons ouvraient des champs de travail considérables pour tenter d’analyser la place, l’influence et l’impact des armées nouvelles en politique, et en tirer les premiers travaux conceptuels. En France, ceux qui se livrèrent à cet exercice furent rares. Mustapha Benchenane pour les armées en Afrique ; l’auteur de ces lignes, sur le Maghreb, Dominique Bangoura également sur l’Afrique, Alain Roussillon pour l’Égypte et l’Algérie, Rémy Leveau, Élizabeth Picard et quelques autres s’essayèrent à ce délicat travail.

Page 1 of 13

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén