[CITATION] Iran-Afghanistan, vers un conflit pour l’eau ?

Lisez l’article de Kevan Gafaïti ici.

Retrouvez le sommaire du numéro 4/2023 de Politique étrangère ici.

Guerre en Ukraine, comment la Russie a évité l’isolement

Dans un article publié le 15 février dans La Croix, le journaliste Jean-Christophe Ploquin analyse les raisons qui ont permis à la Russie de continuer à jouer un rôle important sur la scène internationale malgré la guerre d’Ukraine. Il cite à ce titre l’article de Vladislav Inozemtsev, « Guerre d’Ukraine : où en est l’économie russe ? », publié dans le n° 4/2023 de Politique étrangère.

Cela fera bientôt deux ans que Vladimir Poutine a déclenché l’invasion de l’Ukraine. L’attaque lancée le 24 février 2022 a certes échoué dans son principal objectif, qui était de capturer Kiev et d’y installer un régime allié. Mais la Russie occupe toujours environ 20 % du territoire de son voisin et maintient ses intentions belliqueuses.

Le dictateur du Kremlin est solidement installé au pouvoir avec une élection, en mars, qui le reconduira sans surprise pour un mandat de six ans. La population est résiliente et l’économie en croissance, tirée par les exportations d’hydrocarbures et par l’appareil militaro-industriel qui tourne à plein régime – un intéressant état des lieux est dressé par l’économiste Vladislav Inozemtsev dans la revue Politique étrangère de l’Ifri (hiver 2023).

***

Accédez à l’article de La Croix ici.

Lisez en intégralité l’article de Vladislav Inozemtsev ici.

Découvrez le sommaire du dernier numéro de Politique étrangère ici.

Security Politics in the Gulf Monarchies

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver 2023 de Politique étrangère (n° 4/2023). Fatiha Dazi-Héni propose une analyse de l’ouvrage de David B. Roberts, Security Politics in the Gulf Monarchies: Continuity Amid Change (Columbia University Press, 2023, 320 pages).

Cet ouvrage balise avec une grande maîtrise l’évolution de la dynamique sécuritaire des six monarchies arabes de la péninsule arabique au cours des cinq dernières décennies. En choisissant d’analyser le concept de sécurité élargie tel que théorisé par l’école de Copenhague, David B. Roberts s’inspire du modèle esquissé par Barry Buzan et Ole Wæver, qui consiste à déployer les études sécuritaires au-delà du périmètre militaro-sécuritaire strict, en couvrant cinq aspects structurants : politique, sociétal, économique, militaire et environnemental. Même si les enseignements de cette approche méthodologique pour étudier les enjeux de sécurité dans la région du Golfe, à l’instar du RCS – Regional Security Complex –, ont largement été exploités, l’utilisation des cinq axes de la typologie de l’école de Copenhague pour le Golfe, qui rythme les cinq chapitres de cet ouvrage, est inédite. Elle permet à l’auteur d’appréhender le fonctionnement des six monarchies de manière systémique.

I Feel No Peace: Rohingya Fleeing over Seas and Rivers

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver 2023 de Politique étrangère (n° 4/2023). Sophie Boisseau du Rocher, chercheuse associée au Centre Asie de l’Ifri, propose une analyse de l’ouvrage de Kaamil Ahmed, I Feel No Peace: Rohingya Fleeing over Seas and Rivers (Hurst, 2023, 272 pages).

Dans la folie du monde, les Rohingyas sont un peuple oublié, négligé. Le premier intérêt de l’ouvrage de Kaamil Ahmed est de remettre la tragédie de cette communauté dans son contexte, historique, politique, international, de nous aider à comprendre pourquoi ce million et demi de personnes annonce peut-être des millions d’autres, ailleurs dans le monde.

Page 1 of 506

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén