Étiquette : stratégie Page 1 of 13

Nonstate Warfare

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver 2021-2022 de Politique étrangère (n° 4/2021). Rémy Hémez propose une analyse de l’ouvrage de Stephen Biddle, Nonstate Warfare: The Military Methods of Guerillas, Warlords, and Militias (Princeton University Press, 2021, 464 pages).

Une idée reçue veut que les acteurs non étatiques combattent différemment des armées classiques. La réalité ne reflète cependant pas forcément ce constat : le Hezbollah n’a-t‑il pas, par exemple, cherché à tenir certaines portions de terrain en 2006 au Liban, loin donc du modèle de la guérilla ? À partir de ce constat, Stephen Biddle, professeur d’Affaires publiques et internationales à l’université de Columbia et auteur de l’ouvrage de référence Military Power: Explaining Victory and Defeat in Modern Battle (Princeton University Press, 2004), expose et conceptualise les différents choix stratégiques et tactiques des acteurs non étatiques.

I, Warbot

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver 2021-2022 de Politique étrangère (n° 4/2021). Laure de Rochegonde, chercheuse au Centre des études de sécurité de l’Ifri, propose une analyse de l’ouvrage de Kenneth Payne, I, Warbot: The Dawn of Artificially Intelligence Conflict (Hurst, 2021, 336 pages).

« Le génie est sorti de la lampe » et il n’est pas possible de l’y renvoyer. Tel est le constat de Kenneth Payne, professeur de relations internationales au King’s College de Londres, à propos de l’arrivée de l’Intelligence artificielle (IA) et des robots sur le champ de bataille.

Reprenant à son compte le titre du célèbre roman I, Robot d’Isaac Asimov (1950), l’auteur propose un panorama des enjeux, opportunités et risques associés au recours aux systèmes intelligents sur les théâtres d’opérations, qu’il replace dans le contexte plus large de l’histoire des capacités et concepts militaires.

« La revue ‘Politique étrangère’ appelle la France à trouver sa ‘grande stratégie' »

Dans le cadre des élections présidentielles et de la présidence française de l’Union européenne (PFUE) à venir, Marc Semo a publié le 21 janvier dernier pour Le Monde un article consacré au dossier du numéro d’hiver de Politique étrangère (n° 4/2021). « Comment redonner un cap à la politique étrangère française ? ». Pour répondre à cette question, il cite notamment l’article de Thierry de Montbrial, « La politique étrangère de la France : un cap pour les trente prochaines années » et celui de Martin Briens et Thomas Gomart, « Comment préparer 2050 ? De la ‘prévoyance’ à la ‘grande stratégie’ ».

La revue des revues. Comment redonner un cap à la politique étrangère française ? L’élection présidentielle devrait être l’occasion d’un tel débat, d’autant plus qu’il s’agit, selon la Constitution, du « domaine réservé » du chef de l’État et qu’il y consacre une bonne partie de son temps. C’est pourtant rarement le cas même si, cette année, en raison de la présidence française du Conseil de l’Union européenne pour six mois et de l’engagement européen d’Emmanuel Macron, le sujet sera plus présent. Dans sa dernière livraison, Politique étrangère, la revue de l’Institut français des relations internationales (IFRI), y consacre un riche dossier.

« En France, nous vivons sur une politique étrangère qui, après l’effondrement de la seconde guerre mondiale, a préservé jusqu’à nous les principes posés par la IVe République (lien transatlantique, construction européenne, siège permanent au Conseil de sécurité, arme nucléaire…). Des principes précisés et élargis à une dimension “tiers-mondiste” par de Gaulle puis assumé par ses successeurs », note Thierry de Montbrial.

Mars Adapting: Military Change during War

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver 2021-2022 de Politique étrangère (n° 4/2021). Rémy Hémez propose une analyse de l’ouvrage de Frank G. Hoffman, Mars Adapting: Military Change during War (Naval Institute Press, 2021, 368 pages).

« L’histoire suggère avec force que plusieurs organisations militaires ont fait mieux que d’autres pour changer, alors que diverses ont échoué. Il serait utile que nous comprenions pourquoi certaines sont meilleures et comment elles surpassent la concurrence. » Voilà l’objectif du dernier ouvrage de Frank G. Hoffman, officier des Marines à la retraite et chercheur à la National Defense University de Washington. L’auteur propose une théorie de l’apprentissage organisationnel, largement développée en introduction et en conclusion, qui s’appuie sur quatre capacités : le leadership, la culture organisationnelle, les mécanismes d’apprentissage et ceux de dissémination.

Page 1 of 13

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén