Étiquette : guerre Page 1 of 20

War and Genocide in South Sudan

Cette recension a été publiée dans le numéro d’automne 2021 de Politique étrangère (n° 3/2021). Anne-Laure Mahé propose une analyse de l’ouvrage de Clémence Pinaud, War and Genocide in South Sudan (Cornell University Press, 2021, 330 pages).

Ce livre jette un éclairage nouveau sur la guerre civile qui éclate en 2013 au Soudan du Sud et le régime mis en place par le Sudanese People’s Liberation Army/Movement (SPLA), le mouvement rebelle qui signe l’accord de paix avec le gouvernement de Khartoum en 2005 au terme de vingt-deux ans de guerre et prend la tête du nouvel État lors de l’indépendance de 2011. L’auteur interroge les lectures conventionnelles du conflit à travers trois choix théoriques.

White as the Shroud

Cette recension a été publiée dans le numéro d’automne 2021 de Politique étrangère (n° 3/2021). Damien Carrière propose une analyse de l’ouvrage de Myra MacDonald, White as the Shroud: India, Pakistan, and War on the Frontiers of Kashmir (Hurst, 2020, 224 pages).

L’Inde et le Pakistan sont aux prises sur les hauteurs inhospitalières du glacier du Siachen dans l’Himalaya depuis 1984. Sauf escalade majeure, peu probable entre deux puissances nucléaires, aucune des deux armées ne peut espérer de victoire tactique sur ce champ de bataille très circonscrit, en raison du terrain implacable de très haute altitude. C’est là qu’est tout le paradoxe : le glacier du Siachen, à plus de 6 000 mètres d’altitude, est inhabitable. Le froid et les conditions météorologiques y tuent plus que les obus ennemis. Il est dénué de valeur stratégique, extrêmement coûteux à ravitailler et à défendre, mais un repli militaire est pourtant impensable pour des raisons politiques et symboliques. Les tensions récentes entre la Chine et l’Inde sur les hauteurs himalayennes attirent de nouveau l’attention sur ce champ de bataille hors d’atteinte et loin des yeux.

Les sentiers de la victoire

Cette recension a été publiée dans le numéro de printemps 2021 de Politique étrangère (n° 1/2021). Raphaël Briant, chercheur de l’armée de l’Air détaché au Centre des études de sécurité de l’Ifri, propose une analyse de l’ouvrage de Gaïdz Minassian, Les sentiers de la victoire. Peut-on encore gagner une guerre? (Passés composés, 2020, 712 pages).

Dans cet ouvrage très riche, l’auteur, journaliste et politologue, livre une réflexion salutaire au terme d’une analyse du concept de victoire dans les relations internationales. À rebours d’une littérature française qui se contente bien souvent de pointer du doigt les errements stratégico-politiques qui ont entraîné l’Occident dans des guerres sans fin desquelles il ne sait plus sortir vainqueur, Gaïdz Minassian propose une approche originale et subtile pour dépasser l’aporie apparente qui entoure aujourd’hui le concept de victoire dans la réflexion stratégique. En proposant une alternative à la dialectique de la force et de la ruse au travers de la parabole homérique de la rencontre entre Achille, Ulysse et Hector, il dresse les contours d’une troisième voie permettant de sortir de l’ornière : celle de l’humilité.

[CITATION] Les États-Unis de Trump et la guerre du Haut-Karabagh

Accédez à l’article de Julien Zarifian ici.

Retrouvez le sommaire du numéro 1/2021 de Politique étrangère ici.

Page 1 of 20

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén