Étiquette : Europe Page 1 of 40

Chine-Europe : le grand tournant

Cette recension a été publiée dans le numéro de printemps 2022 de Politique étrangère (n° 1/2022). François Chimits propose une analyse de l’ouvrage de David Baverez, Chine-Europe : le grand tournant (Le Passeur, 2021, 208 pages).

David Baverez publie un deuxième livre destiné à expliquer aux Français – l’une de ces « sociétés de la peur » – comment mieux appréhender la Chine de Xi Jinping – cette « société de l’ardeur ». L’idée directrice est explicitement de contribuer à fonder pour le XXIe siècle des liens sino-européens semblables aux liens transatlantiques du XXe siècle, dans l’objectif cette fois de « défier les États-Unis ».

[CITATION] Mondialisation du trafic de drogue : une autre globalisation

Lisez l’article Cyrille P. Coutansais ici.

Retrouvez le sommaire du numéro 1/2022 de Politique étrangère ici.

Rebuilding European Democracy

Cette recension a été publiée dans le numéro de printemps 2022 de Politique étrangère (n° 1/2022). Maxime Lefebvre propose une analyse de l’ouvrage de Richard Youngs, Rebuilding European Democracy: Resistance and Renewal in an Illiberal Age (Bloomsbury Publishing/I.B. Tauris, 2021, 256 pages).

La démocratie a connu un affaiblissement sérieux en Europe durant les années 2010, en particulier en Hongrie et en Pologne, mais aussi à Malte, en France, en Espagne et ailleurs. Le mérite de Richard Youngs est de montrer que ces attaques, largement dues au courant illibéral et populiste, mais aussi à d’autres facteurs comme l’indépendantisme catalan ou la pandémie de Covid-19, n’ont rien d’un basculement inéluctable vers les valeurs autoritaires et ont aussi généré des réactions contraires.

Guerres d’influence

Cette recension a été publiée dans le numéro de printemps 2022 de Politique étrangère (n° 1/2022). Marc Hecker, rédacteur en chef de la revue, propose une analyse de l’ouvrage de Frédéric Charillon, Guerres d’influence. Les États à la conquête des esprits (Odile Jacob, 2022, 352 pages).

Frédéric Charillon, professeur des universités en science politique et ancien directeur de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire, se penche dans ce nouvel ouvrage sur les méthodes déployées par certains États pour développer leur influence sur la scène internationale. Il commence par un cadrage théorique utile, proposant comme base de travail une définition simple : « L’influence consiste pour un acteur A à faire faire par un acteur B ce qu’il n’aurait pas fait autrement, et ce, sans recourir à la contrainte ». Il distingue ce concept d’autres notions comme la propagande, le lobbying ou encore le soft power : « tandis que le soft power est un processus positif de séduction, de conviction, l’influence peut avoir recours à la rémunération ». Autrement dit, la seconde inclut le premier mais ne s’y résume pas.

Page 1 of 40

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén