Paroles armées. Comprendre et combattre la propagande terroriste

Cette recension d’ouvrages est issue de Politique étrangère (1/2016). Marc Hecker propose une analyse de l’ouvrage de Philippe-Joseph Salazar, Paroles armées. Comprendre et combattre la propagande terroriste (Paris, Lemieux Editeur, 2015, 264 pages).

Paroles arméesPhilippe-Joseph Salazar, normalien, a étudié la philosophie et la science politique, avant de se spécialiser dans la rhétorique qu’il enseigne à l’université du Cap depuis 1995. Il a publié de nombreux ouvrages dont Mahomet. Récits français de la vie du Prophète (Klincksieck, 2005) et Paroles de leaders (François Bourin, 2011). Son dernier essai, Paroles armées, a obtenu le prix Bristol des Lumières 2015. Cet ouvrage a le mérite de considérer le califat proclamé par Abou Bakr Al-Baghdadi pour ce qu’il est : un puissant mouvement politico-religieux. À ce titre, Salazar démontre brillamment que la communication de cette entité politique vient en appui d’une stratégie de conquête et d’hostilité radicale à tous ceux qui s’opposent au projet califal.

Si cet essai est particulièrement stimulant, il dérange pour au moins trois raisons. Tout d’abord, Salazar décrit l’État islamique de manière séduisante. Ses membres apparaissent comme de valeureux soldats, répondant à l’appel d’un chef – à la fois imam, émir et calife – au charisme indéniable. Ils forment un « peuple djihadiste » uni autour d’un idéal commun. Le djihadisme, nous dit Salazar, est une fraternité. Une fraternité autrement plus solide que celle qui s’affiche sur le frontispice de nos bâtiments publics.

Ensuite, l’auteur de Paroles armées décrit nos gouvernants et responsables sécuritaires comme des incompétents ne comprenant pas le phénomène qu’ils prétendent combattre et commettant de nombreuses erreurs. Le clip « Stop-Djihadisme » produit par le gouvernement français après les attentats de janvier 2015 est présenté comme une « bévue », une « mauvaise imitation ». « Sommes-nous devenus idiots ? », demande Salazar. Non, répond-il, mais nous ne maîtrisons pas les termes de la lutte asymétrique que le califat porte jusqu’au cœur de l’Europe. Salazar critique non seulement la communication gouvernementale face à l’État islamique mais, plus largement, l’ensemble des réponses apportées par les spécialistes du terrorisme. Il consacre par exemple quelques paragraphes au « processus de radicalisation », citant le concept de Bunch of Guys élaboré par Marc Sageman, et commente : « Il n’y a rien à espérer du côté de cette psychosociologie moliéresque. »

Enfin, cet essai dérange car son auteur – contrairement à ce qu’indique le sous-titre – ne propose guère de solutions pour « combattre la propagande terroriste ». Parmi les rares pistes évoquées pour faire face à la rhétorique du califat se trouve l’idée de renoncer à la censure. Il s’agirait, au contraire, de diffuser les revues djihadistes dans les écoles. À charge pour les enseignants de déconstruire les Paroles armées contenues dans des publications telles que Dabiq et Dar A l-Islam.

Pour avoir tenté cette expérience délicate avec des étudiants de Sciences Po, il me semble pour le moins hasardeux de vouloir l’étendre dans les lycées et collèges. Les enseignants sont-ils réellement mieux armés que les gouvernants pour faire face au discours « performatif » de l’État islamique ? Rien ne le prouve. Espérons au moins que le jour où les élèves étudieront la poésie djihadiste dans les classes de littérature, ils n’apprendront pas, en parallèle, à confectionner des explosifs en cours de chimie.

S’abonner à Politique étrangère.

Ce contenu a été publié dans Revue des livres, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire