Étiquette : Ukraine Page 2 of 10

La nouvelle division de l’Europe analysée dans « Politique étrangère »

Le 17 juin, le journaliste Marc Semo a dédié sa chronique dans Le Monde à la nouvelle division de l’Europe, conséquence de la guerre d’Ukraine. Il y cite le dossier « Ukraine : entre deux paix ? », publié dans le numéro d’été de Politique étrangère (n° 2/2022).

La guerre en Ukraine change la donne géopolitique. Elle replonge le Vieux Continent dans une logique de guerre froide, mais avec un nouveau rideau de fer passant beaucoup plus à l’est que l’ancien, décrypte, dans son numéro d’été, le trimestriel de l’Institut français des relations internationales.

La revue des revues. C’est une double sidération qui a saisi les Européens le 24 février avec l’agression russe contre l’Ukraine. Non seulement, pour la première fois depuis 1945, une guerre conventionnelle de haute intensité et interétatique est de retour sur le Vieux Continent, mais elle s’installe dans la durée. Cette nouvelle donne d’un entre-deux-paix ou entre-deux-guerres, dont ne peut encore mesurer toute la portée, est analysée avec une grande pertinence par la revue Politique étrangère dans sa dernière livraison de l’été 2022.

[CITATION] « Guerre en Ukraine : Schumpeter au pays des Soviets ? »

Lisez l’article de Michel Goya ici.

Retrouvez le sommaire du numéro 2/2022 de Politique étrangère ici.

[CITATION] « Guerre en Ukraine : Schumpeter au pays des Soviets ? »

Lisez l’article de Michel Goya ici.

Retrouvez le sommaire du numéro 2/2022 de Politique étrangère ici.

Guerre en Ukraine : Schumpeter au pays des Soviets ?

La rédaction a le plaisir de vous offrir à lire ce second article du numéro d’été 2022 de Politique étrangère (n° 2/2022), « Guerre en Ukraine : Schumpeter au pays des Soviets », écrit par Michel Goya, ancien colonel de l’armée de Terre et historien militaire.

Dans leur forme, les opérations militaires en Ukraine ouvertes le 24 février 2022 relèvent de l’« industriel tardif ». Les armées sont proches, dans leur organisation et leurs méthodes, de l’optimum de la fin de la Seconde Guerre mondiale – avec un volume des forces plus faible et quelques nouveautés qui n’annoncent pas forcément de révolution. En maîtrisant moins que prévu l’art industriel de la guerre, les forces russes n’ont pas réussi à utiliser à fond leur potentiel, contrairement à celles de l’Ukraine qui sont aidées par une puissante coalition de soutien.

Après une phase dynamique, où les Russes ont bénéficié de l’avantage initial de la puissance et de la surprise, les opérations se sont donc stabilisées sur un front rigide, à la manière des combats en Belgique et en France en 1914. Comme à l’époque, les moyens employés ont rapidement connu des rendements opérationnels décroissants, ce qui est la définition d’une crise schumpetérienne. Pour sortir de cette impasse, il n’est pas d’autre solution que de rompre l’équilibre des forces par l’engagement massif de ressources nouvelles, et surtout par l’innovation.

Page 2 of 10

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén