Arctique : une traversée stratégique

Il y a quelques jours, le Danemark formulait une demande officielle pour la reconnaissance de sa souveraineté sur une partie importante du Pôle Nord. Après le Canada et la Russie, le Danemark est le troisième pays à effectuer cette démarche. Pour comprendre pourquoi l’Arctique suscite tant d’intérêt, nous vous proposons de relire l’article de Mathilde Le Clainche et Frédéric Pesme intitulé « Arctique : une traversée stratégique », paru dans Politique étrangère (n°4/2010).

Faut-il craindre un conflit dans l’Arctique ? La question se fait récurrente depuis que l’on a la certitude que le réchauffement climatique – lequel affecte particulièrement les régions polaires – rendra de plus en plus accessible, dans un avenir relativement proche, cet Arctique qui se réchauffe deux fois plus vite que le reste de la planète. Le processus de réchauffement paraît irréversible et devrait encore s’accélérer dans les dix prochaines années, certaines prévisions envisageant que l’océan Arctique connaisse un été entièrement libre de glaces dès l’horizon 2030. La voie du Grand Nord serait alors dégagée une partie de l’année, ouvrant l’accès aux immenses ressources minérales et d’hydrocarbures que l’on suppose contenues dans ses sous-sols, aux nouveaux chenaux maritimes libérés par ses glaces et à l’exploitation de ses ressources halieutiques. Cet accroissement d’activité humaine dans un espace protégé jusqu’ici par son caractère inhospitalier aura inévitablement un impact sur l’environnement, l’écosystème et les populations aborigènes dont les modes de vie seront durablement affectés.

Continuer la lecture sur Cairn.info.

S’abonner à Politique étrangère.

Ce contenu a été publié dans L'actualité revisitée, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire