Géopolitique de la cyber-conflictualité

La rédaction a le plaisir de vous offrir à lire ce second article, « Géopolitique de la cyber-conflictualité », écrit par Julien Nocetti, chercheur au Centre Russie/NEI de l’Ifri et spécialiste des questions liées au numérique et à la cybersécurité, et paru dans notre nouveau numéro de Politique étrangère (n° 2/2018), « Cybersécurité : extension du domaine de la lutte ».

Les événements internationaux des deux dernières années ont placé les problématiques de cybersécurité au cœur des agendas diplomatiques et stratégiques. Les piratages successifs de grands acteurs de la tech, comme Yahoo !, l’apparition de nouvelles menaces à grande échelle comme les « rançongiciels » WannaCry et NotPetya, ainsi que la confirmation d’une course aux cyber-armements, traduisent la volatilité d’une politique internationale bouleversée par la dissémination des moyens numériques. Les soupçons d’ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine en 2016, via une campagne d’influence sur internet, ajoutent à ces préoccupations une dimension informationnelle que les Occidentaux ont longtemps négligée. La cybersécurité est devenue un objet de « grande politique », aiguisant les appétits des grandes puissances, mais aussi d’acteurs privés qui ambitionnent de peser sur l’élaboration des normes de comportement dans le cyberespace.

Le cyberespace, perturbateur du système international

La politique internationale s’articule désormais largement autour du cyber­espace. Dès l’origine de l’internet, l’action des États a été contestée dans ce domaine, tant par de puissantes plates-formes privées, majoritairement californiennes (les « GAFAM », Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft), que par des individus, seuls ou coalisés, dont les registres d’action empruntent des formes variées (militantisme, influence, criminalité, etc.). Les applications de messagerie chiffrée (Telegram, WhatsApp, etc.), et les outils d’anonymisation des connexions comme Tor, rendent le contrôle du cyberespace très difficile.

Voici une décennie, on ne pouvait être assuré que des acteurs comme Google, Facebook ou Twitter seraient en mesure de défier la souveraineté des États sans s’exposer à de puissantes ripostes. Les faits sont aujourd’hui plus clairs. L’affaire des fuites de données de millions d’utilisateurs de Facebook témoigne de cette évolution, sur fond de campagne d’influence numérique de la Russie dans l’élection présidentielle américaine en 2016, et avec deux auditions tendues de Mark Zuckerberg au Congrès américain.

Auparavant, les révélations d’Edward Snowden, en 2013, ont déstabilisé les relations internationales et reconfiguré la géopolitique du cyber­espace. La présidence de Barack Obama avait installé l’industrie numérique américaine comme axe prioritaire d’un redéveloppement économique organisé autour des acteurs de cette industrie et de la stratégie de sécurité du pays. L’échelle de collecte des données par la National Security Agency (NSA) a dépassé tous les soupçons passés sur le degré d’intrusion et de surveillance numérique des agences américaines. Si la Russie s’est alors opportunément distinguée en accordant l’asile à l’ancien contractuel de la NSA, le Brésil a pris la tête d’une croisade contre l’hégémonie perçue des États-Unis sur le fonctionnement technique et le mode de gouvernance de l’internet. L’épisode a permis à une puissance dite alors émergente, le Brésil, de suggérer de nouvelles alliances dans la géopolitique du cyber­espace, tirant profit du discrédit moral des États-Unis.

L’essor d’une cyber-conflictualité protéiforme ne peut en effet être dissocié d’un contexte géopolitique en mutation accélérée. La Chine se pose en challenger des États-Unis pour la maîtrise du cyberespace. Elle défend ardemment son marché national, tout en projetant ses champions à l’international (les « BATX »), en industrialisant ses capacités de cyber-espionnage, et en se livrant à des tests réguliers de l’architecture physique de l’internet. La Russie, quant à elle, conteste le récit occidental sur les affaires du monde, ambitionnant de reformater un ordre international autour de ses propres intérêts. Le cyberespace lui permet de déployer des opérations d’influence à une échelle inédite, tout en jouant de l’effet d’asymétrie propre à ce domaine pour transformer ses faiblesses en atouts.

Des menaces informatiques protéiformes et intenses

Les cyber-menaces affichent aujourd’hui de multiples visages. Les actions offensives menées contre des réseaux et des infrastructures numériques peuvent se manifester de diverses manières. Elles peuvent tout d’abord se traduire par des attaques par déni de service, qui ont pour effet de paralyser les serveurs visés. Au printemps 2007, l’Estonie avait été paralysée pendant près de deux semaines par ce type d’attaque. Deuxième exemple : un virus peut être dirigé délibérément sur une infrastructure précise, comme les centrifugeuses d’uranium iraniennes en 2010, ciblées par Stuxnet, virus développé par Israël et les États-Unis pour ralentir le programme nucléaire de Téhéran. Entreprise coûteuse, planifiée dès 2006, Stuxnet intégrait un niveau inédit de sophistication technique et de précision opérationnelle. Troisièmement : on peut propager des virus de différents types, visant à extorquer des données et/ou de l’argent (cas de la cybercriminalité classique), ou à saboter et détruire. C’est le cas du logiciel malveillant (malware) NotPetya qui, ciblant massivement l’Ukraine en juin 2017, cherchait à fragiliser cet État. Plus de 70 % des machines infectées se trouvaient en Ukraine, le programme ayant amplement ciblé les infrastructures critiques du pays (système bancaire, aéroports, télécommunications, énergie, etc.), et pas seulement ses institutions. Quatrième exemple, enfin : l’espionnage informatique, via le vol de données, qui reste une dimension sous-évaluée de la cyber-conflictualité.

Depuis l’été 2016, les cyber-menaces sont entrées dans une phase de prolifération. L’attaque massive qui a visé la société Dyn en octobre 2016 – qui gère une partie essentielle de l’infrastructure de nombreux services numériques – a été perçue comme une « brique » supplémentaire dans les tests successifs ciblant l’architecture physique de l’internet. L’aspect novateur de cette attaque est qu’elle s’est appuyée sur l’utilisation d’objets connectés comme robots d’attaques. Des objets ou services de la vie quotidienne (radio-réveils, distributeurs de boissons, caméras de contrôle, etc.), peu sécurisés et faisant rarement l’objet de mises à jour de sécurité, peuvent ainsi servir à des cyberattaques de grande ampleur. […]

Lire la suite de l’article ici.

> > S’abonner à Politique étrangère < <

Ce contenu a été publié dans Articles en accès libre, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire