Étiquette : Méditerranée Page 1 of 2

Sortir du chaos

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été de Politique étrangère (n° 2/2019). Frédéric Charillon propose une analyse de l’ouvrage de Gilles Kepel, Sortir du chaos. Les crises en Méditerranée et au Moyen-Orient (Gallimard, 2018, 536 pages).

Peut-on trouver un fil conducteur, une grille de lecture, pour les multiples drames qui agitent Moyen-Orient et Méditerranée depuis plusieurs décennies ? C’est le défi auquel s’attèle Gilles Kepel dans son dernier ouvrage, continuant d’élargir la focale de son regard sur la région. Après des travaux de référence sur l’islamisme politique et son passage à la violence (Le Prophète et le Pharaon, 1984 ; Terreur sur l’Hexagone en 2015 ; ou encore Jihad en 2000 ou Terreur et Martyr en 2008), et de nombreux périples, nourris d’entretiens plus géopolitiques, déjà amorcés dans Passion arabe (2013), l’auteur nous livre son diagnostic sur les évolutions en cours, s’appuyant sur ses analyses antérieures, confirmées ou amendées.

Métropoles en Méditerranée

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été de Politique étrangère (n° 2/2018). Helin Karaman propose une analyse de l’ouvrage dirigé par Dominique Lorrain, Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes (Presses de Sciences Po, 2017, 320 pages).

Cet ouvrage est issu d’un projet de recherche coordonné par Dominique Lorrain, qui s’est intéressé aux modes de gouvernement des métropoles des pays dits du Sud. Comme dans un précédent volume (qui traitait de Shanghai, Mumbai, Le Cap et Santiago du Chili), il s’agit de montrer que les quatre grandes métropoles du sud de la Méditerranée étudiées, Beyrouth, Le Caire, Alger et Istanbul, à la croissance urbaine rapide, aux institutions souvent jugées défaillantes, ne sont pas pour autant ingouvernables et en proie au chaos. La méthode est identique : appréhender le fait métropolitain par l’analyse de ses institutions et de ses réseaux techniques.

Le djihad contre le rêve d’Alexandre

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été de Politique étrangère (n°2/2017). Sébastien Boussois propose une analyse de l’ouvrage de Jean-Pierre Perrin, Le djihad contre le rêve d’Alexandre. En Afghanistan, de 330 av. J.-C. à 2016 (Seuil, 2017, 304 pages).

Djihad contre Alexandre

Qu’il soit Proche, Moyen, ou Extrême, l’Orient a toujours fasciné la civilisation occidentale. Si l’on peut encore comprendre pourquoi le « Levant » et la rive orientale de la Méditerranée nous touchent tant – berceau de nos cultures, religions et identités –, on oublie souvent que le rêve d’un homme venu d’Europe fut d’étendre principes et rêves de notre civilisation jusqu’aux confins de l’Asie centrale et extrême-orientale. La terre d’Afghanistan fut le grand rêve d’Alexandre le Grand.

Méditerranée, un objet introuvable ?

Le blog Reflets du Temps, qui consacre une large place aux questions internationales, a publié le 18 février dernier un article mettant à l’honneur le dossier du numéro d’hiver (n°4/2016-2017) de Politique étrangère : « Méditerranée, mer de toutes les crises ? ».

 

pe_4_2016_bandeau_5_0

« Méditerranée, une idée d’empire. Du Mare Nostrum romain à l’empire européen sans frontière, qui s’imagine aujourd’hui rongé par les vagues de migrants ».

Formidable sujet que celui de la revue d’hiver. Un espace maritime et ses rives, brassant toute l’Histoire au carrefour de civilisations de première importance, comportant les zones sensibles où bat le plus dangereusement le pouls de la Géopolitique actuelle, charriant les flux de populations, migrants fuyant les guerres ou émigrés clandestins, par voies de terres et bien plus de mer, qui donnent à la Méditerranée cette représentation de tombeau – 10000 morts depuis 2014 – qui pour la plupart d’entre nous signe indéfectiblement cet espace géographique. Méditerranée, zone de tous les dangers, malheurs, et, pour certains, menaces ? Réalité, qui, comme tout ce qui porte un tel niveau de crises, véhicule son lot de fantasmes et de représentations approximatives ou fallacieuses.

Aussi pouvons-nous être particulièrement reconnaissants à la revue PE, qui, tout en mettant sur la table l’état le plus pointu des savoirs géographiques, historiques, géopolitiques, aborde également ce sujet, vaste et mouvant, par des faces moins connues, pour autant parfaitement pertinentes, et garantes de mieux armer nos connaissances. Méditerranée ; a priori, du « connu » ? A voir.

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén