Étiquette : déradicalisation Page 1 of 2

Les militants du djihad : portrait d’une génération

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été 2021 de Politique étrangère (n° 2/2021). Nicolas Hénin propose une analyse de l’ouvrage de Hakim el Karoui et Benjamin Hodayé, Les militants du djihad : portrait d’une génération (Fayard, 2021, 336 pages).

Ce livre résulte de l’étude de 1 460 profils de djihadistes européens, dont une moitié de France, l’autre du Royaume-Uni, d’Allemagne et de Belgique, les auteurs ayant limité leur échantillon à ceux qui sont passés à l’acte ou ont cherché à le faire.

Les sortants

Découvrez l’analyse par Marc Hecker, chercheur au Centre des études de sécurité de l’Ifri et rédacteur en chef de Politique étrangère, de l’ouvrage de Véronique Brocard, Les Sortants (Les Arènes, 2020, 336 pages).

En matière de terrorisme, les menaces sont multiples. En 2016, David Thomson a analysé celle des Revenants, dans un ouvrage qui lui a valu le prix Albert Londres[1]. La plupart de ces individus qui rentrent de zone syro-irakienne sont incarcérés. Ils ne représentent toutefois qu’une minorité des 520 détenus pour des faits de terrorisme en lien avec la mouvance djihadiste. 57 d’entre eux devraient sortir de prison en 2021, et 45 en 2022. Ils deviendront alors des Sortants, titre du nouvel ouvrage de Véronique Brocard.

Déchéance de rationalité

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été de Politique étrangère (n° 2/2019). Marc Hecker, rédacteur en chef de Politique étrangère, propose une analyse de l’ouvrage de Gérald Bronner, Déchéance de rationalité (Grasset, 2019, 272 pages).

Gérald Bronner, professeur de sociologie à l’université Paris-Diderot, est connu pour ses ouvrages sur les croyances et la radicalité comme La pensée extrême (Denoël, 2009) ou La démocratie des crédules (Presses universitaires de France, 2013). Ses écrits lui ont valu des prix prestigieux, des élections à l’académie des Technologies et à l’académie de Médecine, et ont touché un lectorat dépassant le cercle des spécialistes de la sociologie cognitive. Quand les pouvoirs publics ont été confrontés à la problématique de la radicalisation et au départ de centaines de Français vers la Syrie, ils ont cherché conseil dans le monde universitaire. C’est ainsi que Gérald Bronner s’est retrouvé impliqué dans l’expérience éphémère du Centre de prévention, d’insertion et de citoyenneté (CPIC) de Pontourny, présenté dans les médias comme le premier programme officiel de « déradicalisation » en France.

Jihad : des origines religieuses à l’idéologie

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été de Politique étrangère (n° 2/2018). Héloïse-Anne Heuls propose une analyse de l’ouvrage de Myriam Benraad, Jihad : des origines religieuses à l’idéologie. Idées reçues sur une notion controversée (Le Cavalier bleu, 2018, 216 pages).

Briser les clichés, creuser les complexités et défaire les stéréotypes qui s’accumulent autour de la notion de djihad, telle est l’ambition du dernier ouvrage de Myriam Benraad, professeur de science politique à l’université de Leyde aux Pays-Bas. Cette spécialiste du monde arabe n’en est pas à son coup d’essai. Auteur déjà reconnue, forte d’une production riche sur un sujet qu’elle décortique depuis plusieurs années, elle s’évertue à redonner un sens à un terme entré dans le langage commun depuis les attentats du 11 septembre 2001, et dévoyé de son sens initial parce que trop souvent banalisé.

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén