Étiquette : histoire Page 2 of 9

Pour la paix en Palestine (1938)

En cette période de confinement liée à l’épidémie de coronavirus, la rédaction de Politique étrangère vous offre de (re)lire des textes qui ont marqué l’histoire de la revue. Nous vous proposons aujourd’hui un article de Robert Montagne, officier proche de Lyautey, devenu professeur au Collège de France, intitulé « Pour la paix en Palestine », et paru dans Politique étrangère en 1938. Témoin des prémices de la « Grande Révolte arabe » de 1936-1939 qui secoua la Palestine mandataire, il analyse les raisons de l’opposition fondamentale divisant les Arabes aux sionistes, puis esquisse des pistes qui auraient peut-être permis d’éviter l’escalade de la violence.

De tous les lieux du monde, Jérusalem est sans doute celui qui parle le mieux au cœur et à l’intelligence de l’homme. Nulle part ailleurs l’esprit ne s’élève plus aisément au-dessus de l’agitation stérile des sectes, de la rivalité des religions et du conflit des nations pour participer à une sagesse dédaigneuse des modes éphémères de la pensée.

Le destin des chrétiens d’Orient, Pierre Rondot (1946)

En cette période de confinement liée à l’épidémie de coronavirus, la rédaction de Politique étrangère vous offre de (re)lire des textes qui ont marqué l’histoire de la revue. Nous vous proposons aujourd’hui un article de Pierre Rondot, intitulé « Le destin des chrétiens d’Orient », et publié dans Politique étrangère en 1946.

Dans cet article écrit au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (paru dans Politique étrangère en 1946), Pierre Rondot analyse l’évolution de la situation des chrétiens vivant en terre d’Islam. Protégés par les puissances européennes, ils ont pu survivre malgré les discriminations subies et même développer une élite intellectuelle qui a pris la tête du « mouvement arabe » dès la seconde moitié du XIXe siècle. Si la présence chrétienne est loin d’être acceptée dans l’ensemble du monde musulman, le Liban et son système de représentation proportionnelle font alors figure d’« heureuse expérience ».

La politique étrangère de la France

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver de Politique étrangère
(n° 4/2019)
. Dominique David, rédacteur en chef de Politique étrangère, propose une analyse de l’ouvrage de Maxime Lefebvre, La politique étrangère de la France (PUF, 2019, 128 pages).

Ce petit livre est d’abord une brillante cavalcade dans les relations extérieures d’un très vieux pays : des mythes fondateurs – les « Gaulois », la « Grande Nation » – aux choix contemporains, à travers les chaos de l’histoire. La France, a-t-on pu dire, c’est d’abord une politique étrangère. Maxime Lefebvre confirme que la politique étrangère va de concert avec la cristallisation de l’État fort, un État que sa géographie installe et projette sur des directions multiples. Cette politique s’installe progressivement, dans ses options, ses institutions et ses moyens, en suivant le rythme de la consolidation de l’État, sans rupture majeure.

Histoire militaire de la France

Cette recension a été publiée dans le numéro d’automne de Politique étrangère
(n° 3/2019)
. Rémy Hémez propose une analyse de l’ouvrage en deux tomes dirigé par Hervé Drévillon et Olivier Wieviorka (dir.), Histoire de la France. Tome I : Des Mérovingiens au Second Empire / Tome 2 : De 1870 à nos jours (Perrin/Ministère des Armées, 2018, 560 et 552 pages).

Cette nouvelle Histoire militaire de la France paraît 25 ans après celle dirigée par André Corvisier qui marquait un tournant : elle avait en effet participé à redonner crédibilité et légitimité à l’histoire militaire en la décloisonnant et en l’ouvrant aux dimensions sociales, politiques et culturelles. Hervé Drévillon, professeur d’histoire à l’université Paris 1 et directeur de la recherche au Service historique de la Défense (SHD), et Olivier Wieviorka, professeur à l’École normale supérieure de Paris-Saclay, ne se posent pas en opposition à mais en complémentarité avec l’ouvrage de Corvisier. Depuis les années 1990, l’historiographie a évolué et s’est particulièrement développée pour certaines périodes comme le XVIIe siècle ou la Première Guerre mondiale, qui a profité de l’abondante production liée à son centenaire.

Page 2 of 9

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén