Étiquette : guerre froide Page 2 of 5

The Age of Illusions: How America Squandered Its Cold War Victory

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été de Politique étrangère (n° 2/2020). Laurence Nardon, responsable du Programme Amérique du Nord à l’Ifri, propose une analyse de l’ouvrage de Andrew BacevichThe Age of Illusions: How America Squandered Its Cold War Victory (Metropolitan Books, 2020, 256 pages).

Aux yeux d’Andrew Bacevich, deux consensus politiques différents, chacun décliné sous les angles de l’économie, de la politique étrangère et de la moralité individuelle, se sont succédé à Washington depuis 1945.

Le premier – celui de la guerre froide – est fondé sur une forte mobilité sociale pour les classes moyennes dans un contexte de prospérité ; sur une présence militaire américaine forte dans le monde, justifiée par la menace soviétique ; enfin une morale stricte, appuyée d’une pratique religieuse soutenue et d’une domination des « mâles blancs hétérosexuels ».

L’Europe 1972-1980. Données et perspectives politiques, Jacques Vernant (1972)

En cette période de confinement liée à l’épidémie de coronavirus, la rédaction de Politique étrangère vous offre de (re)lire des textes qui ont marqué l’histoire de la revue. Nous vous proposons aujourd’hui un article de Jacques Vernant, intitulé « L’Europe 1972-1980. Données et perspectives politiques », et publié dans Politique étrangère en 1972.

Ce document a été rédigé à l’occasion de la réunion des directeurs d’instituts européens des relations internationales qui s’est tenue à Varna (Bulgarie) les 4 et 5 octobre 1972. Conformément aux directives qui avaient été arrêtées au cours des réunions préliminaires, chaque institut devait y présenter une analyse de la situation actuelle en Europe et les perspectives d’évolution dans les huit années à venir, aux points de vue politique, économique et militaire[1]. Les auteurs de cette étude ont mis à profit les observations qui ont été présentées par des personnalités auxquelles elle avait été soumise, et notamment celles du regretté contrôleur général Genevey. Ils tiennent à remercier particulièrement MM. Jean Chauvel, Maurice Couve de Murville, Pierre Gallois, Pierre Maillard, le général Marias, René Massigli, David Ruzié et l’amiral Traub.

L’évolution de la doctrine stratégique aux États-Unis, Henry Kissinger (1962)

En cette période de confinement liée à l’épidémie de coronavirus, la rédaction de Politique étrangère vous offre de (re)lire des textes qui ont marqué l’histoire de la revue. Nous vous proposons aujourd’hui un exposé improvisé prononcé par Henry Kissinger devant les membres du Groupe d’études stratégiques du C.E.P.E. en 1962, intitulé « L’évolution de la doctrine stratégique aux États-Unis », et publié dans Politique étrangère (n°2/1962).

Depuis que je suis à Paris, après cinq semaines passées en Orient, j’ai eu de nombreuses conversations avec des amis français et je dois avouer que je suis frappé par l’étendue du désaccord et de l’incompréhension qui se sont développés entre nos deux pays. Je ne prétends pas fixer les responsabilités de cet état de choses. Je crois cependant qu’étant donné le temps que nous vivons, on ne peut concevoir d’avenir pour l’Occident sans la plus étroite collaboration entre les États-Unis et la France. Je ne puis concevoir que l’un ou l’autre de nos deux pays puisse se développer sans l’autre. Je crois que ni l’un ni l’autre de nos deux pays ne pourra éviter la destruction, si l’autre est détruit. Je pense que les dangers auxquels nous aurons à faire face ne seront pas seulement le fait de l’Union soviétique ou de la Chine communiste. Je crois qu’au cours des dix ou quinze années qui sont devant nous, toutes les nations occidentales devront tenir compte d’une menace très sérieuse de la part de nouvelles nations, menace qui doit être étudiée avec le plus grand sérieux. Dans ces conditions, nous ne disposons pas de tant de ressources que nous puissions nous permettre de mener entre nous de guerre civile intellectuelle.

The Final Act

Cette recension a été publiée dans le numéro d’automne de Politique étrangère
(n° 3/2019)
. Jérôme Marchand propose une analyse de l’ouvrage de Michael Cotey Morgan, The Final Act: The Helsinki Accords and the Transformation of the Cold War (Princeton University Press, 2018, 424 pages).

L’ouvrage de Michael Cotey Morgan enrichit grandement la littérature sur les relations internationales de la période 1945-1991. Son étude examine en détail les négociations diplomatiques qui ont conduit à l’adoption de l’Acte Final de la Conférence d’Helsinki (été 1975), mais évoque aussi les réactions ambivalentes de certains pays signataires.

Page 2 of 5

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén