Étiquette : intelligence artificielle Page 2 of 3

The Technology Trap. Capital, Labour and Power in the Age of Automation

Cette recension a été publiée dans le numéro de printemps de Politique étrangère (n°1/2020). Jean-Christophe Noël propose une analyse de l’ouvrage de Carl Benedikt Frey, The Technology Trap. Capital, Labour and Power in the Age of Automation (Princeton University Press, 2019, 480 pages).

Carl Benedikt Frey, économiste européen qui dirige le programme sur l’avenir du travail à l’université d’Oxford, s’est fait remarquer en 2013 en publiant avec Michael Osborne The Future of Employment. How Suceptible Are Jobs to Computerisation? Les deux auteurs y prédisaient que 47 % des emplois aux États-Unis pourraient être tenus par des machines dans les prochaines décennies, du fait des futurs progrès dans l’Intelligence artificielle.

Army of None. Autonomous Weapons and the Future of War

Cette recension a été publiée dans le numéro d’hiver de Politique étrangère
(n° 4/2019)
. Laure de Rochegonde propose une analyse de l’ouvrage de Paul Scharre, Army of None. Autonomous Weapons and the Future of War (W.W. Norton & Company, 2018, 448 pages).

Ancien ranger, directeur de programme au Center for a New American Security, fort de son expérience en Irak, en Afghanistan, puis au Pentagone, Paul Scharre interroge les conséquences – militaires, politiques, éthiques et juridiques – du développement d’armes autonomes.

La Cyberdéfense

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été de Politique étrangère (n° 2/2019). Jean-Christophe Noël, chercheur associé à l’Ifri, propose une analyse de l’ouvrage dirigé par Stéphane Taillat, Amaël Cattaruzza et Didier Danet, La Cyberdéfense. Politique de l’espace numérique (Armand Colin, 2018, 256 pages).

La Cyberdéfense. Politique de l’espace numérique est un livre écrit sous la direction de trois chercheurs du pôle « Mutations des conflits » du Centre de recherche des écoles de Coëtquidan (CREC Saint-Cyr). Stéphane Taillat, Amaël Cattaruzza et Didier Danet sont respectivement spécialisés dans l’histoire et les relations internationales, la géographie et les sciences en gestion. Ils ont profité de leur complémentarité et ont su s’entourer pour cet ouvrage de spécialistes français de la cyberdéfense, afin de présenter de manière exhaustive les enjeux de défense liés à l’émergence de ce nouveau milieu artificiel.

Geopolitics of Artificial Intelligence

Cette recension a été publiée dans le numéro d’été de Politique étrangère
(n° 2/2019)
. Julien Nocetti, chercheur spécialiste des questions numériques à l’Ifri, propose une analyse croisée des ouvrages de Abishur Prakash, Geopolitics of Artificial Intelligence (2018) et Kai-Fu Lee, AI Superpowers: China, Silicon Valley, and the New World Order (Houghton Mifflin Harcourt, 2018).

Le message porté par les auteurs de ces deux ouvrages est similaire : l’Intelligence artificielle (IA) s’apprête à refaçonner l’ordre mondial né de la Seconde Guerre mondiale.

Ingénieur reconnu et expert de l’IA, ancien responsable de Google en Chine, aujourd’hui investisseur, Kai-Fu Lee avance que la Chine s’est lancée dans une démarche implacable de leadership dans la plupart des disciplines de l’IA. Il relève que les États-Unis et la Chine ont pris une avance considérable dans ce secteur, au point que la technologie participe d’un début de re-bipolarisation des relations internationales, entre la volonté des États-Unis de maintenir leur suprématie technologique, et l’ambition de Pékin de défier et surpasser cette primauté.

Page 2 of 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén